Que ce soit à la suite d’un accident, une maladie ou simplement à cause des années qui passent, la douleur chronique est le quotidien de bien des gens. La plupart du temps, ces douleurs sont gérées avec différentes combinaisons de médicaments pouvant causer des effets secondaires. On se penche donc vers de nouvelles voies thérapeutiques, notamment celle de « l’autogestion ». Dans cette pratique, le patient est encouragé à modifier ses comportements (alimentations, style de vie, méditation), afin de trouver des éléments pouvant l’aider à diminuer ses douleurs. De cette façon, le patient fait partie intégrale de son traitement. Un groupe de recherche s’est questionné sur le bienfait des animaux de compagnie sur ce genre de traitement chez les personnes âgées.

Pour participer à l’étude, qui se déroulait sous forme de groupes de discussion, les participants devaient être âgés de 70 ans et plus, souffrir de douleur au moins un jour sur deux, depuis six mois et vivre avec un animal de compagnie (chat ou chien). Les patients étaient questionnés sur différents aspects de leur quotidien avec leur animal de compagnie. Six aspects ont été abordés : le soutien émotionnel, la relaxation, l’activité physique, l’activation comportementale, l’activation sociale et le sommeil.

D’abord, plusieurs disent obtenir du réconfort et du support de leur animal dans les moments de douleurs intenses, ce qui a pour effet de diminuer leur sentiment de solitude. On mentionne aussi dans l’étude que les animaux ont pour effet de distraire les participants de leur douleur. Sans l’animal, la douleur occupe la totalité de leur pensée, alors que lorsqu’ils sont avec leur animal, ils se concentrent sur celui-ci.

Un des points les plus intéressants de l’étude est l’effet sur l’activité physique et sur la motivation. Lorsqu’on souffre de douleur chronique, un rien semble insurmontable. Cependant, les participants disent que leur sens des responsabilités envers leur animal les force à bouger et à faire certaines activités qu’ils ne feraient pas sinon. Avoir un animal les incite aussi à avoir une certaine routine, ce qui peut faire partie d’une meilleure hygiène de vie.

Des bienfaits sur la socialisation sont aussi notés. Quand la douleur est toujours présente, l’isolation sociale est courante. Avoir un chien incite le patient à sortir de la maison et croiser des gens avec un chien incite toujours la conversation, aussi brève soit-elle. Finalement, les animaux de compagnie peuvent aider à avoir une meilleure routine de sommeil. Parce que quand Caramel a faim à 7h30, ce n’est pas négociable, on doit se lever!

Évidemment, il ne s’agit pas d’une étude révolutionnaire dans le domaine de la douleur chronique (il s’agit en fait d’une des premières associant la douleur et les animaux de compagnie). Mais si l’avenir pouvait contenir moins de pilules et plus de ronrons, le monde ne pourrait que mieux se porter!

Pour lire l’article complet, c’est ici.

Vulgarisation par Ariane Langlois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s