Les léopards m’ont toujours impressionné, non pas pour leur talent de sprinteur et de chasseur, mais bien à cause de leur habit. Comment ces animaux sauvages peuvent-ils avoir un pelage aussi régulier et des taches aussi bien définies? Certainement pas parce qu’ils ont un bon coiffeur!

La réponse remonte déjà à plusieurs années (enfin, presque!). C’est en 1952 que monsieur Turing a proposé que le patron du léopard lui soit donné par la présence de deux « morphogènes » présents en gradation. Le modèle de Turing est utilisé par plusieurs scientifiques pour expliquer des phénomènes de « réaction-diffusion » (à ne pas confondre avec le célèbre jeu télévisé Action Réaction!) Toutefois, jusqu’à récemment, la présence de ces morphogènes n’avait pas été prouvée.

Le principe du modèle est relativement simple. Partons du centre de la tache du léopard. Les cellules produisent deux molécules : une qui colore en noir, l’autre qui décolore. En plus de cette différence majeure, ces deux molécules ne se déplacent pas à la même vitesse. Celles qui décolorent se déplacent plus rapidement. Donc, les molécules qui colorent en noir restent toujours à proximité du centre de la tache, parce qu’elles «marchent moins vite». Pendant ce temps, les molécules qui décolorent font de plus grandes enjambées et s’éloignent de la zone noire. Comme elles sont trop loin, elles ne peuvent pas décolorer la tache, leur pouvoir décolorant n’étant pas celui de l’eau de Javel (RIP pantalons noirs…)

Si on s’arrête ici, les molécules noires colorent lentement, mais sûrement et les molécules décolorantes vagabondent. Rappelons-nous que chaque cellule produit les deux molécules, ce qui permet, entre autres, d’avoir de plus grosses taches. Cependant, les molécules décolorantes finissent par être présentes en très forte quantité aux extrémités des taches. Leur pouvoir décolorant devient donc beaucoup plus puissant que celui des cellules qui colorent en noir. C’est précisément à cet endroit que la tache s’arrête!

Le principe de « réaction-diffusion » permet donc de créer un gradient de décoloration. Au centre, il y a très peu de décolorant, puisque celui-ci se déplace trop vite, la coloration noire l’emporte donc haut la main! Mais comme le phénomène se produit dans toutes les taches, tout le décolorant s’accumule au même endroit, en périphérie! C’est pourquoi les léopards ont de si belles robes, si régulières!

Vulgarisation par Ariane Langlois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s