Je farfouillais sur PubMed ce matin à la recherche d’information sur l’automobile électrique lorsque je suis tombée sur ce titre : «Role of flying cars in sustainable mobility». Avouez que le titre a de quoi nous tirer un sourire! Mais comme l’article est publié dans une des revues du célèbre groupe Nature, je l’ai ouvert pour savoir ce qu’on entend par «autos volantes».

Malheureusement, nous sommes plutôt loin des voitures volantes qui nous ont été promises il y a de cela maintenant quelques décennies. Pour la plupart d’entre nous, cela relève encore de la science-fiction. L’idée derrière la voiture volante a un but bien précis : désengorger le réseau routier tel qu’on le connaît. On mentionne dans l’article qu’il est bien sûr intéressant de se tourner vers d’autres types d’énergies, par exemple avec les voitures électriques, mais que cela ne réglera pas le problème actuel de mobilité dans les grandes villes. De plus, la voiture électrique actuelle n’est pas nécessairement ce qu’il y a de mieux en terme environnemental (nous en reparlerons).

Ce qu’on entend ici par voiture volante est en fait un hybride qui combine le décollage vertical d’un hélicoptère et l’aérodynamisme d’un avion (electric vertical takeoff and landing aircraft ou VOTL). L’étude publiée dans Nature communications fait la comparaison en utilisation d’énergie et en émission de gaz à effet de serre entre la voiture volante et la voiture «de terre» (à essence ou électrique). Parce que l’idée semble bien bonne, voire révolutionnaire, mais en terme de durabilité, est-ce vraiment mieux?

D’abord, comme il s’agit d’un engin volant, il faut comprendre qu’il sera voué à une utilisation commerciale, le but étant de déplacer le plus de gens possible le plus rapidement possible. Dans l’étude, on considère donc trois passagers et un pilote par déplacement, contrairement à l’auto de «terre» qui compte 1,54 passager en moyenne. Aussi, les considérations environnementales concernant le cycle de vie des véhicules ne sont pas prises en compte. Les deux valeurs analysées sont les niveaux d’énergie primaire utilisés et de gaz à effet de serre rejetés.

Par rapport au nombre de passagers transportés, l’auto volante semble plus avantageuse que les voitures conventionnelles et électriques. Par contre, cela devient moins clair lorsque les trajets sont très courts. L’auto volante reste donc intéressante, mais seulement à pleine capacité et dans des zones très denses en circulation, où des trajets très courts en kilométrage deviennent très longs en temps. Pour les trajets de 35 km et moins, qui représentent la grande majorité des trajets en voiture, il n’y a pas d’avantage.

Donc, pour que l’utilisation des «autos volantes» soit considérée comme durable, elle devra répondre à quatre critères. D’abord, le véhicule devra toujours être à pleine capacité, comme ce qui est fait en transport aérien actuellement. Ensuite, le véhicule devra être utilisé seulement dans les zones où le trafic automobile est très dense, pour compenser les coûts énergétiques liés au décollage et à l’atterrissage. De même, les trajets devront avoir une distance minimale. Vient ensuite la question du réseau électrique en place. Au Québec, l’utilisation de véhicule électrique est plus durable, compte tenu des infrastructures hydroélectriques. Ce n’est malheureusement pas le cas partout dans le monde. Finalement, l’efficacité des batteries doit aussi être prise en compte.

Même si tout cela a fait la manchette au début de l’année 2019, nous sommes encore loin de la voiture volante «comme dans les films». Concentrons-nous donc sur l’amélioration de la mobilité active et des transports en commun!

Vulgarisation par Ariane Langlois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s