Ah le « water bear », cet animal aussi laid que mystérieux. Son surnom vient du fait qu’il peut vaguement ressembler à un petit ours. Si vous recherchez sa photo, vous verrez qu’on est loin de l’ours en peluche… Je m’intéresse à ce drôle d’animal puisqu’il figure parmi les icônes de l’Expo-sciences 2020. Mais qu’a-t’il de si intéressant ?

D’abord, apprenons à mieux le connaître ! Le tardigrade est un petit animal aquatique, muni de quatre paires de pattes. Il existe plusieurs espèces de tardigrades, vivant dans différents environnements (eau salée, eau douce…) Les tardigrades ont besoin d’eau pour se reproduire, mais peuvent vivre sur terre. C’est ici que l’histoire devient intéressante !

Le tardigrade est ce qu’on pourrait appeler un animal « super résistant ». Un être humain moyen ne peut tolérer des changements extrêmes de température ou de pression ou un état avancé de déshydratation. Dans le cas du tardigrade, il est capable de survivre dans un état de déshydratation complet. Il devient donc complètement séché, ayant perdu toute l’eau de son corps. À ce moment, il entre dans un état qu’on appelle l’anhydrobiose, il ne vit plus! Son métabolisme est complètement arrêté, en attendant le retour de conditions lui permettant de vivre. Si on fait le parallèle avec la science-fiction, on pourrait comparer le phénomène à la cryopréservation des corps, c’est-à-dire congeler un corps qui peut être réanimé une fois décongelé.

C’est dans son état d’anhydrobiose que le tardigrade dévoile ses super pouvoirs. Quand il est séché, il est capable de tolérer des températures extrêmes (de -273°C à 100°C), des pressions extrêmes et de survivre à une immersion dans un solvant organique puissant. Bon, peut-être que nous n’avons pas besoin de ces pouvoirs en temps qu’humain moyen, mais il est tout de même intriguant de comprendre comment il peut subir tout cela et revivre normalement une fois les bonnes conditions réunies.

Le code génétique au grand complet du tardigrade a été séquencé. Cependant, les différents groupes de recherche à l’avoir fait n’arrivaient pas tous au même résultat, ce qui aurait dû être le cas. La raison soupçonnée est la contamination bactérienne. Des parties de génome de bactéries se seraient mélangées à celui du tardigrade, rendant le séquençage plus difficile. Les chercheurs ont aussi pensé que la présence des gènes de bactéries aurait pu être responsable des qualités extraordinaires du tardigrade. C’était une fausse piste, puisque le code génétique le plus contaminé est celui du tardigrade le moins tolérant. La prochaine étape était donc de réussir à séquencer le génome au complet, sans contamination et, tant qu’à y être, du tardigrade le plus résistant.

Une fois le séquençage complété, on voulait savoir ce qui, dans son génome, lui permettait de survivre à toutes ces folles conditions. Une des hypothèses est que le tardigrade ne fait pas (ou peu) d’autophagie en condition de stress extrême (voir « Les cellules font-elles aussi du recyclage »). L’autophagie permet de se débarrasser de certains éléments en conditions de stress. Le tardigrade conserverait tous ses éléments, même en condition extrême ! Il serait donc partiellement insensible aux stress. Certains gènes trouvés chez le tardigrade seraient aussi impliqués dans la protection de l’ADN, pendant l’anhydrobiose. Habituellement, lors d’un stress, l’ADN peut subir des mutations. Si c’était le cas chez le tardigrade, lorsque qu’il «recommencerait à vivre », certains de ces gènes auraient subi des modifications. Il ne serait donc pas intact, exactement comme avant sa période d’anhydrobiose.

Les études sont encore préliminaires, mais nous comprenons maintenant un peu mieux ce qui rend le tardigrade si résistant ! Qui sait, peut-être que ces gènes seront utilisés dans le traitement de certaines maladies causées par des mutations de l’ADN ou pour améliorer la résistance de certaines plantes à la sécheresse !

Pour lire l’article suivant, c’est ici: https://www.nature.com/articles/ncomms12808

Vulgarisation par Ariane Langlois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s